Rejoignez-nous au stage de danse de Châteauroux

Comme chaque année depuis 35 ans, nous serons au rendez-vous de ce 44ème stage festival de danse de Châteauroux.

Lola Savatofski, qui m’accompagne depuis plusieurs années dans ce stage, animera cet été les ateliers-massage.

Alors si vous aimez la danse et les massages… donnons-nous rendez-vous à Châteauroux !

affiche Stage 2019 ChateaurouxDARC, une déjà longue histoire

Le plus important stage-festival international de danse de France organisé par l’association DARC a lieu chaque été à Châteauroux.

Ayant eût l’occasion d’assister au spectacle final de ce stage en 1986, j’avais pu, en me rendant dans les coulisses, remarquer le stress de ces quelque cinq cents stagiaires et entendre leurs petites plaintes de tout ordre.

L’idée alors de proposer des ateliers d’apprentissage du massage permettant aux danseurs de mieux vivre le stage et de préparer le spectacle final avec moins de tensions m’est apparue de suite comme une évidence.

Le projet semblait des plus simples : Offrir aux stagiaires-danseurs une pause dans ce stage très dynamique, mais pas seulement, leur donner l’occasion d’acquérir les gestes nécessaires pour se détendre, faire face aux quelques petits maux courants et à la fatigue… sans oublier les liens et la communication que le massage pouvait créer entre danseurs de différentes disciplines.

Je n’avais à l’époque aucune expérience directe d’animation d’ateliers dans un cadre au timing si court (chaque atelier de danse durait une heure et quart, pas une minute de plus !), alors que les habituelles expériences dans le domaine d’ateliers massage ne duraient rarement guère moins d’une demi journée. Il me fallait donc créer, imaginer des technique courtes et néanmoins efficaces, rapidement assimilables, adaptées au rythme et à la dynamique de ce stage. De là est sans doute né, en partie, le concept des « massages minutes », élaboré et peaufiné à l’intention des conducteurs, peu de temps après sur les autoroutes.

Stage danse chateaurouxQuelques années plus tard, face à la demande générale, nous avons mis en place les après-midis, des véritables permanences de massage pour détendre et défatiguer les participants, moments attendus, appréciés, ouverts à tous, stagiaires, professeurs de danse, membres du personnel administratif et d’organisation, prestations animées par mes deux assistants et moi-même, renforcées de stagiaires venus de mon école de massage.

Et puis comme tout professeur engagé dans ce stage, je souhaitais être du spectacle final avec les participants de mes ateliers. Comment faire ?

N’ayant hélas pas les capacités de Janine (1), une de mes assistantes et danseuse, pour monter une « chorégraphie de massage », j’ai imaginé ces permanences, tenues et animées par ceux là-mêmes qui avaient suivis mes ateliers. Ainsi lors de ces deux derniers jours – précisément réservés à la préparation du spectacle final – je leur donnais l’occasion de mettre à profit et en pratique immédiatement ce qu’ils avaient appris après seulement quelques jours de cours ; un nouveau challenge et une grande fierté de rappeler haut et fort ce que je soutiens depuis des lustres, que la pratique du massage est accessible pour tous et rapidement.

Stage danse chateaurouxAnnée après année, les participants séduits par les massages, les bienfaits immédiats qu’ils en retiraient, sont de plus en plus nombreux aux rendez-vous quotidiens de mes ateliers, un le matin un peu plus technique et l’autre en fin de journée plus relaxant.

Hier, c’étaient essentiellement les trente et quarantenaires, danseurs de société, de jazz et de danse contemporaine qui participaient à nos ateliers. Aujourd’hui, toutes les générations sont présentes.

Mais la surprise est venue des enfants !

De plus en plus nombreux dans ce stage, qui au fil des années s’est rajeuni, avec notamment l’arrivée du hip-hop – alors qu’au début les enfants s’intéressaient guère à l’atelier massage – on aurait dit qu’ils se passaient le mot, ils venaient, d’abord regarder, puis se décidaient à participer… et le lendemain ramenaient un de leur copain.

Ils arrivent de tous les ateliers (même de la danse classique pourtant si frileuse pour cette activité « touchante ») et il n’est pas rare de les trouver à s’échanger, masser entre eux en dehors du cours.

J’ai beaucoup appris avec les enfants dans le cadre de ces ateliers. Pas besoin de leur expliquer longtemps les manœuvres et le positionnement, les enfants acceptent volontiers la liberté que je leur laisse et deviennent de véritables petits artistes du massage (2).


1 – Janine, danseuse et chorégraphe, a mis en scène avec les stagiaires de l’atelier massage, pendant 4 années consécutives la « danse-massage » au spectacle final du festival. Une exclusivité dont nous sommes encore fiers.

2 - In « Le massage, un jeu d’enfants », J. Savatofski, Ed.Dangles, reéd 2018.