Ecole de formation au massage bien-être et au toucher-massage depuis 1986

Toucher-massage, 20 ans de pratique

Près de dix mille témoignages de praticiens, d’usagers et d’élèves ont été échantillonnés et analysés lors d’une étude sur le Toucher-massage conduite pendant un an par Juliette Grollimund*.

graphique 1Les résultats de cette étude montrent :

– Les «bienfaits pour tous» sur le plan physiologique psychologique, sociologique.

– Une technique «aisée», «abordable par tous», «agréable à pratiquer», qui «ressource» et évoque les termes de «plaisir» et de «convivialité».

– Une formation «rapide et ludique», «novatrice», qui apparaît «créative» et «très professionnelle».

– Dans le cadre de la prise en charge globale de la personne, le Toucher-massage est vu comme une «alternative», un réel graphique 2«cadeau», l’antidote du stress. Il est «créateur de lien», «essentiel» dans la prise en charge de la douleur, «indispensable» dans l’accompagnement en fin vie, etc.

– Un changement de comportement du soignant, plus motivé, adoptant «des gestes doux».

* Juliette Grollimund est diplômée de l’EDHEC et de Paris VII, consultante et praticienne de Toucher-massage.

Livre_20_ans_de_pratiqueLa synthèse de cette étude est présentée dans le livre «Toucher-massage, 20 ans de pratique(s)».

20 praticiens confirmés communiquent leurs expériences, leurs convictions, leurs réflexions.

Joël Savatofski, Janine Bharucha, Jean-Manuel Bertrand, Françoise Boissières, Luce Condamine, Véronique Darées, Marie-Jeanne Dien, Philippe Drevon, Gérard Fournier, Gilbert Gasparutto, Corinne Gaudio, Juliette Grollimund, Régine Jean, Agnès Pasturel, Isabelle Robard, Martine Schmidt, Claude Taccard, Annie Valenza, Jocelyne Vallié, Florence Vinit.

Extraits des thèmes abordés :

– Le Toucher-massage : une histoire, un concept ;

– Étude, 20 ans de pratique ;

– Toucher-massage et néo-natalité ;

– 20 000 lieux sous les mains ;

– Métro, boulot, massage du dos ;

– Le Toucher-massage et le droit ;

– Éducation et massage à l’école ;

– Accompagner la fin de vie ;

– Le toucher, «antidote à la douleur».