Pratiquer les massages de bien-être : ce qu’il est essentiel de savoir

Nul besoin d’être spécialiste pour pratiquer l’art du massage. Chaque personne, si elle le désire, peut l’expérimenter dans son quotidien familial, professionnel ou simplement entre amis. La caresse, la pression, la tape amicale et le toucher bienveillant en sont l’expression la plus tangible, la plus significative, ils lui donnent un sens pragmatique. Chacun d’entre nous peut dispenser ces gestes avec générosité sans aucun risque. C’est comme cela depuis des milliers et des milliers d’années et dans toutes les civilisations.

Les fiches pratiques que nous vous proposons sont inspirées du dernier livre de Joël Savatofski « 60 massages minutes » aux Éditions Larousse. Les dessins qui l’illustrent sont d’Alain Boyer.


1 – Oser !

Nous vous proposons dans cette série de fiches pratiques des techniques simples de massage bien-être que vous pouvez pratiquer dans différentes situations de la vie quotidienne, facilement assimilables, sans danger, en famille, entre amis, en couple, dans l’intimité ou tout bonnement comme un jeu. Où ça ? Mais partout. Dans une salle préparée à cet effet, dans un coin improvisé, près de la cheminée, dans un parc, en vacances, sur votre lieu de travail, dans les transports…

Associez-y les enfants, les ados, nos aînés, faites-les connaître aux militaires, aux hommes d’affaires, aux politiques, à votre kinésithérapeute ou à votre dentiste, aux scientifiques bornés, aux enseignants épuisés, aux médecins rigides…

Le massage est sans doute une des seules activités humaines que l’on peut pratiquer à tout âge (de trois à… cent ans), sans danger, et qui fait du bien instantanément.

Toutefois, il va sans dire que pour toucher/masser une personne, si le bon sens est primordial, quelques précisions pour rendre cette pratique aisée et accessible à tous sont nécessaires.

Ce qui est essentiel, c’est la façon dont vous aller prendre contact et toucher, et tout d’abord, oser proposer. Comme je dis souvent à mes stagiaires à propos du massage de la main : « le plus difficile pour le massage de la main, c’est de la prendre ! Après les gestes viennent tout seul ».

Alors, faites vous confiance, suivez mes conseils et osez !


2 – Ce qu’il faut juste savoir

Aimer le massage (autant le recevoir que le pratiquer) est – sans aucun doute – la première de vos qualités. Pas besoin de connaissances théoriques, anatomiques, physiologiques mais plutôt de la douceur dans l’approche et les gestes, du tact, de la présence, le sens du partage, l’envie de faire du bien et bien sûr de la confiance en vous.

Si en plus vous avez de l’humour, un brin de fantaisie ou d’imagination, la faculté de vous adapter rapidement aux situations rencontrées, alors n’hésitez plus.

  • Avec tact et douceur

Même si le temps dont vous disposez est court, même si les gestes doivent s’enchaîner rapidement, même si votre partenaire est pressé, la priorité sera toujours donnée à la douceur, au tact : toucher, mobiliser, entrer en contact avec délicatesse, donner confiance. Comment ?

  • Avec toute la main

Utiliser toute votre main  » pleine paume ». Tous les gestes arrondis, enveloppants, renforcent la sensation de sécurité. Plus il y a de surface en contact, plus on se sent « en bonnes mains » et assuré. De plus, le contact de la paume est souvent plus agréable que celui du bout des doigts.

  • Expirez

Saviez-vous que le relâchement total est lié à l’expiration ? Les sportifs soufflent toujours avant l’effort ou le geste de précision. Expirer : c’est le « truc » indispensable pour relâcher rapidement à tout moment. N’hésitez pas à vous en servir, même si ça peut prêter à sourire. Pour notre pratique du massage, il y va de même. Expirez, soupirez, lors de l’application des manœuvres.

  • Avec tout le corps

Comment presser, masser, quelle que soit la morphologie de la personne, sans se fatiguer, sans à coup, tout en rythme et en fluidité, en donnant toujours une impression de grande douceur ? Le secret réside dans la façon dont vous allez utiliser le mouvement de votre propre corps lors des manœuvres. Son transfert en avant permet de presser et de gagner en profondeur sans effort, sans jamais (se) faire mal, sur le temps de votre expire (donc relâché et fluide). Le retour se faisant léger, superficiel sur le temps de l’inspire. Tous ceux qui ont appris et utilisent ma méthode de la « bascule-du-poids-du-corps » le confirment. C’est vraiment le « truc » indispensable qui permet, sans fatigue, de concilier fermeté et douceur, endurance et aisance.


3 –  Quelques manœuvres classiques

  • Effleurage

Il s’agit d’un glissement léger, superficiel, fluide de la main sur la peau, préparant la partie à masser, mains bien ouvertes qui épousent les formes du corps. En mouvements plus rapides, les effleurages peuvent permettre de réchauffer localement.

  • Pétrissages

Le pétrissage se réalise avec la paume de la main ou entre la paume et les doigts, il consiste à pétrir, à malaxer les zones musculaires.

  • La pression glissée

C’est une des manœuvres les plus utilisées. En fonction de la pression (superficiel ou profonde, lente ou rapide), vous obtiendrez des effets différents : relaxant, dynamisant ou bien encore drainant. La main (la paume) glisse le long de la peau, c’est le balancement de votre corps (transfert de votre poids) qui donne plus ou moins de pression. Vous pouvez aussi utiliser le poing semi fermé (par ex. sur la voûte plantaire).

  • Une application extra : « les pattes de chat »

Le mouvement particulier du balancement de votre corps alternativement de gauche à droite, dit des “pattes de chat” est une technique particulière qui relaxe immédiatement celui qui la reçoit et détend celui qui la pratique. Inspirez-vous du chat qui « patoune » et faites du « patounage » artistique. Cette façon de faire permet de toucher, de presser dans un rythme régulier sans fatigue et sans force, d’enchaîner sans à-coups les manoeuvres tout en donnant une sensation très agréable et relaxante.

  • Un exercice magique de relâchement instantanée ! Pour vous !

Je vous propose de faire l’exercice suivant « Les bras m’en tombent ».

Vous êtes debout, laissez tomber vos bras sans les retenir pendant que vous inspirez. Maintenant au contraire, laissez les choir pendant l’expiration. Constatez alors la sensation d’abandon et de relâchement complet que vous avez eue pendant l’expiration et au contraire la difficulté des mêmes gestes pendant l’inspiration.

Je vous propose d’expérimenter cet exercice le plus simple, le plus court, le plus efficace pour lâcher prise immédiatement ; l’artiste avant d’entrer en scène, le conférencier avant sa communication, le politique avant son discours ou vous même quand vous en ressentez le besoin.

Je vous invite donc à pratiquer régulièrement ce « tomber de bras » sur l’expiration-soupir à n’importe quel moment de la journée quand vous vous sentez bloqué par l’émotion ou le stress. C’est magique !


Découvrir les autres fiches pratiques :