S’étirer, geste naturel à pratiquer au quotidien

Nous nous étirons quotidiennement et spontanément, au réveil comme tout au long de la journée. Au réveil, alors que les muscles sont froids et engourdis, s’étirer aide à se redresser et à lutter contre l’effet de pesanteur. Mais ce qui est vrai au réveil l’est tout autant le reste de la journée : s’étirer « dérouille » le corps en douceur, réduit les crispations, les douleurs musculaires et articulaires, améliore la circulation sanguine et aide ainsi à chasser les toxines. Associés à une longue respiration, les étirements apportent instantanément un ressenti de bien-être, permettent une profonde relaxation. Un corps que l’on étire souvent et aussi plus apte à faire face au stress.

Les manœuvres de Relaxinésie® & Stretch-massage® (voir la vidéo) de Joël Savatofski répondent à ce besoin. L’ensemble forme une méthode de mobilisation des différentes parties du corps, d’étirements doux et progressifs.

Les fiches pratiques que nous vous proposons sont inspirées du dernier livre de Joël Savatofski « 60 massages minutes » aux Éditions Larousse. Les dessins qui l’illustrent sont d’Alain Boyer.


1 – Conseils préalables

On commencera par relâcher les muscles avant de les étirer

On ne peut pas pratiquer les étirements sans avoir préparé au préalable son partenaire, car si la personne n’a pas l’habitude, si elle est trop tendue, elle va se contracter par un réflexe de résistance.

La première étape consiste donc en une recherche de relâchement et de mise en confiance, en pratiquant des mouvements très simples de relaxation, essentiellement des mobilisations des bras et des jambes en utilisant des effets de pesanteur.

Puis on pratiquera les étirements !

Les stretchs s’exécutent sur l’expiration des deux partenaires qui ont au préalable accordé leur respiration. Sur le temps d’inspiration on relâche un peu l’étirement et à chaque expiration, on étire un peu plus. Il s’agit de gagner progressivement, d’attendrir le corps dans un mouvement élastique, fluide, rythmé par la respiration.

L’astuce est de ne jamais vraiment tirer mais de basculer le poids du corps en arrière pour que l’étirement se fasse de façon naturelle, harmonieuse, progressive, tout en douceur. En outre, elle dispense le masseur de puiser dans ses propres forces, de se fatiguer.


2 – Relâcher et étirer le haut du corps

Cette manoeuvre intitulée « Les ailes d’oiseau » permet le lâcher-prise préalable du haut du corps, bras et épaules.

Vous vous placez confortablement derrière la tête de votre partenaire qui est allongé(e) sur le dos. Puis, prenez ses mains en les croisant et placez-les au-dessus de sa tête en les maintenant fermement au niveau des poignets. Soulevez légèrement ses bras, sans effort de votre côté, et imprimez, en l’accompagnant avec votre corps, un mouvement d’avant en arrière.

Ce mouvement d’ailes d’oiseau n’est réalisable convenablement que si votre partenaire abandonne bien les bras et les épaules. Dans le cas contraire, vous pouvez effectuer une variante plus facile : mobilisez les deux bras ensemble, mais séparés et tenus chacun par une prise à deux doigts, index et majeur. Une fois le haut du corps relâché, place aux étirements !

À genoux derrière votre partenaire, vous empoignez les pouces de ses mains et ses paumes (la prise ainsi est meilleure et vous évite de pincer ou de glisser) et, sur l’expiration, vous étirez les bras en arrière, parallèlement au corps, en vous laissant vous-même aller en arrière. Puis, pendant l’inspiration, vous relâchez légèrement. Renouvelez l’exercice plusieurs fois, en étirant un peu plus lors de l’expiration suivante.


3 – Relâcher et étirer le bas du corps

Avec la manœuvre dite de la « Gondole », vous allez pratiquer une manière originale de soulager les jambes et de détendre le bassin.

Vous vous tenez debout, devant les pieds de votre partenaire allongé(e) sur le dos confortablement sur un tapis assez épais. Soulevez ses jambes assez haut de façon à ne plus à avoir à les soutenir, simplement les guider. Vous imprimez alors des mouvements d’avant en arrière ou de droite à gauche, un peu comme le fait le gondolier. Progressivement, vous augmentez l’amplitude en imprimant des cercles des deux jambes.

Pour faciliter l’aisance de ce mouvement, le masseur s’installe en quelque sorte « en contrepoids ». La poussée se fait ainsi sans aucun effort grâce au déplacement de son corps et non en forçant avec les bras. Ce mouvement n’est pas conseillé en cas de sciatique douloureuse.


Pour poursuivre ce travail de relâchement, placez-vous près du bassin de votre partenaire en vous appuyant sur un de vos genoux pour éviter de vous fatiguer (le genou gauche pour la jambe droite de votre partenaire et inversement).

D’une main vous allez soutenir un pied et de l’autre le genou de votre partenaire ; la jambe de votre partenaire est alors pliée. Vous lui faites alors décrire des petits ronds, au-dessus du bassin, dans un sens puis dans l’autre. Gagnez progressivement en amplitude jusqu’à imprimer un mouvement qui sollicite une partie du thorax.

Attendez, avant de commencer, que la jambe de votre partenaire repose bien, lourde, abandonnée dans votre main.


Place aux étirements ! Vous êtes à genoux devant les pieds de votre partenaire allongé(e) confortablement sur le dos, ses deux talons posés sur vos cuisses. Vos deux mains prennent et tiennent les pieds par le dessus, puis votre corps bascule en arrière sur l’expiration, amenant un étirement global des deux jambes de votre partenaire et de ses pieds dans le prolongement.

Vous pouvez aussi être debout, les genoux légèrement fléchis. Soulevez alors les jambes de votre partenaire en les maintenant bien, talon dans la paume, et laissez-vous légèrement balancer en arrière. Vous réalisez ainsi un stretch progressif, tout en douceur, sans effort.


Formation en lien avec les techniques évoquées


Découvrir les autres fiches pratiques :