Comment soulager les jambes lourdes ?

Tout commence par une sensation de poids dans les jambes, ressenti fréquent lors des chaudes journées d’été. Une sensation désagréable, voire douloureuse, qui peut s’accompagner d’engourdissements, de fourmillements ainsi que de crampes et de gonflements.

Ces phénomènes témoignent d’une mauvaise circulation sanguine : le sang des pieds remonte insuffisamment vers le cœur et « stagne » dans les jambes, donnant ainsi cette impression douloureuse de jambes lourdes.

Un massage approprié peut grandement et rapidement limiter ce phénomène : en mobilisant les jambes, en les massant du bas vers le haut, on réactive en quelques minutes la circulation sanguine ! Zoom sur les «Massages minute» de Joël Savatofski, des gestes simples à adopter pour retrouver rapidement des jambes légères.


1 – Grande mobilisation des jambes

Cette grande mobilisation est un mouvement original et particulièrement agréable qui détend les jambes et le bassin. Elle permet de relaxer les membres inférieurs et le ventre et surtout elle relance la circulation sanguine en favorisant le retour veineux.

Durée : de 1 à 2 minutes.

Déroulement :

Le receveur est allongé sur le dos, de préférence sur un matelas fin pour plus de confort.

Le masseur se tient debout, face aux pieds du receveur. Il soulève ses jambes assez haut de façon à ne plus avoir à les soutenir, mais simplement à les guider.

Il peut alors imprimer des balancements de droite à gauche par exemple. Puis il dessine des petits cercles à l’aide des 2 jambes, cercles qui vont aller en s’agrandissant pour donner une certaine amplitude.

Pour plus d’aisance encore, le masseur peut s’installer « en contre poids », c’est-à-dire légèrement en appui sur les jambes du receveur. Le maintien des jambes se fait ainsi sans effort et, par simple déplacement du poids du corps, le masseur imprime ses mouvements sans forcer avec les bras.

À savoir : ce mouvement est déconseillé en cas de sciatique douloureuse.


2 – Lissage des mollets

Un massage très doux, dans une position très confortable pour le receveur comme pour le masseur, qui permet un drainage léger de la jambe jusqu’au mollet. Ce lissage très simple à réaliser favorise la circulation veineuse et apporte une sensation immédiate d’allègement dans les jambes.

Durée : de 1 à 2 minutes sur chaque jambe.

Déroulement :

Le receveur est allongé sur le ventre (au sol sur un tapis ou étendu sur une table). Le masseur, assis derrière lui, offre un appui à la jambe fléchie, le talon contre son épaule. Cette position permet de « libérer » le mollet pour le rendre détendu et accessible.

Le masseur lisse alors le mollet, de la cheville jusqu’au genou, alternant main gauche et main droite, en relâchant légèrement à chaque fois et en respectant le sens veineux (remonter vers la cuisse).

Le masseur peut prolonger le mouvement de lissage sur la cuisse afin d’éviter la sensation de « coupure » au niveau du genou.

À savoir : le masseur doit s’abstenir de réaliser ce massage en cas de jambe enflée et douloureuse. Il propose un petit coussin en cas de forte cambrure lombaire.


 3 – Pétrissage de la voûte plantaire

Enfin, le pétrissage de la voûte plantaire va stimuler la circulation sanguine jusqu’au bout du pied. C’est le massage défatigant par excellence qui redonne du « punch » instantanément. Il s’adapte à de nombreuses situations et se réalise aussi bien au sol que sur chaise.

Durée : de 1 à 2 minutes sur chaque pied.

Déroulement :

Le receveur peut éventuellement garder ses chaussettes (ou les bas).

Il est assis sur une chaise. Il repose sa jambe sur les 2 cuisses du masseur, au niveau du pli du genou et de son tendon d’Achille, points d’appuis confortables qui libèrent le mollet. Il suffit d’imprimer un léger mouvement de rotation sur sa cuisse pour vérifier si le mollet est bien relâché.

Le masseur prend alors le pied entre ses deux mains, presse la voûte plantaire avec tous ses doigts (comme s’il pressait une éponge), fermement mais sans forcer. Le massage peut se réaliser au rythme de légers balancements d’avant en arrière du masseur : ce mouvement facilite des pressions lentes et bien dosées, sans effort pour le masseur.

Puis il déplace ses mains plusieurs fois, des doigts de pied jusqu’au talon, alternant la gauche et la droite, et ce sans vraiment perdre le contact.

Ce pétrissage peut également se réaliser au sol : le receveur est alors allongé sur un tapis, sa jambe repose sur les cuisses du masseur agenouillé.

À savoir : à pratiquer à n’importe quel moment de la journée quand le besoin s’en fait sentir, mais à éviter au moment du coucher.


Formations en lien avec les techniques évoquées


Découvrir les autres fiches pratiques :