Témoignages autour du massage

Chaque année depuis 1986, plusieurs centaines de personnes font « un bout de chemin » avec l’IFJS, que ce soit dans le cadre des formations, des intras en établissement de santé, des animations ou des expériences liées à la pratique du massage.

  • Témoignages autour du massage de bien-être
  • Témoignages autour du massage dans les soins
  • Témoignages autour du stretch massage
  • Témoignages à propos des stages et formations de l’IFJS

autour du massage de bien-être

« Le massage est bonheur. C’est un art, « une île au trésor », une source infinie d’expériences exceptionnelles qui sont un hymne à la vie, à la connaissance…. une chance pour l’humain ».  (Mireille R.)

« Le Toucher-massage est mon outil de travail indispensable autant que l’est mon pinceau pour le maquillage ». (Annie V. – esthéticienne)


autour du massage dans les soins

En médecine générale

Sur le site de la Polyclinique de Picardie, Patricia HEQUET, aide-soignante, praticien en relation d’aide par le toucher massage, présente son travail pour offrir un instant de bien être pour mieux vivre l’hospitalisation.

« Extraits des commentaires recueillis par les patients d’avril 2011 à ce jour :

« Le massage m’a apporté un très grand soulagement. »

« Agréablement surpris par la qualité et le bénéfice de ce type de soin. A montrer à d’autres services de soins »

« Beaucoup de bien – très relaxant »

« très bon massage en profondeur. Bien-être général. Au niveau des jambes plus particulièrement douleurs revenues 1/2h-1h après le massage. Mais ce massage m’a permis de mieux les supporter. Encore merci »

« après le massage j’ai été détendue, soulagée, ça m’a fait énormément de bien et plaisir. Super. Rien à dire de mal »

« Sensation de mieux-être et d’apaisement immédiat, gestes efficaces et à la fois très doux. Excellente idée et complémentaires à la médication. »

« soulagée et détendue après le massage et moins angoissée »

Autres témoignages reçus par l’IFJS : 

« Je redoutais un peu de faire des massages à mes patients, voire simplement de les toucher, mais maintenant vous m’avez donné totalement confiance en moi, j’ai complètement changé ma façon de les aborder ».  (Catherine P. – Aide soignante)

« Avec le toucher-massage j’ai découvert le bonheur pour mes patients en rééducation, de sentir simplement ma main posée sur leurs mains, glissée sur leur front…la fluidité, la douceur. J’ai mis un temps fou à me débarrasser de mes gestes mécaniques ». (Christiane P. – kinésithérapeute)

Au service des proches

« Le massage m’a permis d’entrer en relation avec mon père hospitalisé, qui vivait ses derniers jours, comme peut-être je ne l’avais jamais fait ».  (François F.)

Au service des enfants

« C’est vraiment extraordinaire de voir un bébé recroquevillé, étendre ses bras et ses jambes, au fur et à mesure qu’on le masse ».  (Maryse L. – infirmière/pédiatrie)

Au service des personnes âgées

« Chez la personne âgée, le Toucher-massage vient remplacer la mémoire défaillante, des souvenirs reviennent de la mémoire archaïque ».  (Yannick B. – psychothérapeute)

En soins palliatifs

« Nous le massons dans le bain, il en ferme les yeux de plaisir, ce sont les seuls moments où il lâche prise à ses souffrances physiques et psychiques ». (Michèle G. – infirmière/soins palliatifs)

En santé mentale

« Je me suis aperçu que parler et faire parler n’avait plus de sens ; ne sachant plus que faire, je lui ai proposé un massage et j’ai constaté qu’elle se détendait, que son cou se dégonflait, elle respirait de nouveau normalement ». (Sandra B. – Psychologue)


autour du stretch massage

Une histoire qui a chamboulé ma vie

(Par Piroska Kennedy, RMT – traduction de l’anglais par Janine Bharucha) « En mars 1998, j’étais en vacances dans un SPA au Québec. Aujourd’hui,  j’ai pour projet d’enseigner un cours de Stretch Massage Passif. Quel est le lien entre ces deux faits ? C’est l’histoire que je me propose de partager avec vous.
J’ai réalisé un jour que je savais tout à fait m’occuper des autres (mes filles, ma famille agrandie, mes amis, collègues, élèves de karaté et même mes voisins) – je savais m’occuper de tout le monde sauf moi. Après des semaines de recherche et d’organisation, j’ai décidé de passer une semaine dans un SPA, Eastman SPA, au Québec. Ce fut un séjour étonnant. Je ne me souviens plus du prix, mais cela valait un million de dollars.
Avant de rentrer, je me suis attardée dans une boutique de cadeaux, où j’ai vu un petit livre, « Le Stretch Massage, le plaisir de s’étirer », de Joël Savatofski. 80 pages, dont la moitié était des photos. En regardant les photos, je me suis dit que ces étirements à deux seraient fort bénéfiques pour tous les élèves de karaté après la rigueur de leurs cours. J’ai noté le titre du livre, son auteur et le no. ISBN, pensant pouvoir me procurer la version anglaise, pour que tous les professeurs de karaté puissent s’en servir.
Une fois de retour dans mon quotidien, j’ai commencé à chercher « The Stretch Massage ». J’ai appelé toutes les librairies de Kingston et même les plus importantes de Toronto. Inconnu au bataillon. Aucune trace du « Stretch Massage » ni d’aucun autre livre de Joël Savatofski. Je me suis rendu compte que mon seul espoir de le lire était de le récupérer de la boutique où je l’avais vu.
Une semaine plus tard le livre était entre mes mains. Dès les premières minutes de lecture j’ai compris que les stretchs décrits ne pouvaient être pratiqués tels quels dans les cours de karaté. Le principe du livre reposait sur la capacité du donneur à détendre le massé en s’accompagnant de musique douce, d’un éclairage doux et de respirations (expirations) profondes. Pas trop karaté comme approche. J’ai lu le livre jusqu’au bout néanmoins et j’ai choisi quelques stretchs à faire appliquer par les élèves.
Quelques jours plus tard, ma sœur, Tundy, m’a appelée pour se plaindre d’un mal de tête et de nuque carabiné après une journée de ménage et de cuisine intensive. Je me suis souvenu que le livre disait pouvoir alléger ce genre de problème. Je me suis rendue chez elle, le livre et un CD sous le bras pour tester la chose. À ma grande surprise, et à la sienne, ses symptômes ont disparu.
Les trois années qui ont suivi, j’ai pratiqué les « stretchs massage » sur des amis, la famille, les connaissances, connaissances des connaissances, bref, sur tous ceux qui voulaient bien les recevoir. Les problèmes dont les gens se plaignaient allaient des maux de tête et de nuque, au mal de dos, à des problèmes plus ambigus tels que ne pas pouvoir se brosser les dents après un accident de ski, ne pas pouvoir faire un lit ou porter un verre à sa bouche après un accident de voiture, ou s’asseoir plus de trois minutes après une chute.
Je n’avais pas encore appris la thérapie du massage et ne savais pas ce que représentait le coup du lapin ou les problèmes de disques etc. En arrivant, les gens me disaient ce dont ils souffraient. Je mettais un CD de relaxation et je pratiquais sur le sol de mon salon les stretchs appris dans le livre. Une fois les stretchs intégrés (dès le premier mois), je me suis mise à les modifier. Parfois parce que la position n’était pas adaptée au receveur, parfois parce que le corps ne bougeait pas comme je le voulais. Le plus important, ce qui m’a encouragée à continuer à inviter des étrangers chez moi, c’est que tout le monde, mais vraiment tout-le-monde, sentait une amélioration en repartant.
Un jour d’avril 2001, tout a changé. Ma grande amie, Pam, avait eu un accident de voiture neuf mois auparavant et avait fait trois séances de kinésithérapie par semaine, sans résultats. Ne supportant plus de la voir souffrir comme ça, je lui ai proposé un stretch massage. D’autres avec les mêmes douleurs en avaient bénéficié. Pam semblait souffrir plus que toutes les personnes que j’avais traitées jusque-là et j’appréhendais de lui faire mal. C’est pourquoi j’avais attendu si longtemps avant de le lui proposer. Nous avons décidé que si elle sentait que ma séance la soulageait même un petit peu, elle accepterait d’en recevoir une deuxième avant de retourner chez le kiné. Comme pour les autres, Pam est repartie sans aucune douleur. Je l’ai appelée régulièrement pendant les deux semaines qui ont suivi. Elle ne souffrait plus. La troisième semaine, elle a commencé à se sentir moins bien et donc je lui ai fait une deuxième séance. Jusqu’à ce jour, elle ne souffre plus de douleurs liées à cet accident. À l’époque, le kinésithérapeute de Pam avait averti le responsable de l’assurance maladie que Pam avait annulé tous ses rendez-vous et prétendait être remise de son accident. Quand Pam lui a décrit le traitement qu’elle avait reçu de moi, il m’a demandé si j’accepterais de prendre d’autres clients.
C’est alors que je me suis rendu compte que si cette technique pouvait être aussi puissamment bénéfique, elle pourrait sûrement aussi nuire avec autant de force. J’ai dit au responsable de l’assurance maladie que je ne serais pas disponible pour les deux ans à venir, car je m’étais inscrite pour une formation de massage-thérapie à l’Ecole Sutherland-Chan et à la Teaching Clinic de Toronto.
Pendant toute ma formation, j’ai continué à pratiquer le « stretch massage », qui était le centre de mes recherches, avec l’aide de quelques-uns de mes co-stagiaires. Personne n’avait entendu parler de ce « stretch massage » et personne ne savait m’expliquer pourquoi c’était si efficace. À la fin de ma première année, j’ai compris que la seule personne à qui je pouvais m’adresser était Joël Savatofski lui-même, l’auteur de « Le Stretch Massage .» Je me demandais si M. Savatofski réalisait à quel point sa technique pouvait aller loin pour aider les gens à se remettre de tels maux. Il fallait que je le rencontre. Mon projet était de travailler encore quelques années après l’obtention de mon diplôme avant de me payer des vacances en France.
Le destin a bien fait les choses. Quatre mois après avoir reçu mon numéro de praticienne, mon amie, Heather, m’a dit qu’elle avait entendu dire que Joël Savatofski venait à Montréal pour une conférence au Touch Therapy Symposium (Congrès Mondial du Toucher) en mai 2004. Je n’en croyais pas mes oreilles. J’ai appelé le Congrès et j’ai réussi à prendre un rendez-vous avec M. Savatofski pendant son séjour à Montréal. Nous nous sommes rencontrés trois heures le premier jour du congrès. Il était surpris d’apprendre que j’avais développé cette méthode, alors que de son côté il l’utilisait assez peu en tant que telle, mais plutôt en complément d’autres techniques comme le Massage Essentiel, les massages minute, le massage assis. Il avait écrit il y a quinze ans « le stretch massage » pour faire découvrir cette merveilleuse technique de relaxation, de détente, de bien-être qu’il avait mise au point, afin disait-il, d’en faciliter la pratique, dans des conditions abordables pour tous et quelles que soient les situations. Son but : encourager les personnes à l’utiliser, à la faire évoluer etc…Il était donc ravit d’apprendre que je l’utilisais, que j’en avais découvert certaines facettes possibles et des applications thérapeutiques. « On est loin d’imaginer tout ce que peuvent apporter ces techniques de toucher » me dit-il.
Je lui ai alors posé plein de questions que j’avais posées à d’autres. Comment et pourquoi cela marche ? Il s’est excusé de ne pouvoir répondre à toutes mes questions. « Le massage n’est pas une science exacte. On ne peut pas tout expliquer de façon sûr, mais au moins on constate ! ». Il m’a encouragée à continuer mon travail et m’a donné plusieurs tuyaux pour l’enseigner autour de moi. Il m’a aussi donné la permission d’utiliser son travail comme je l’entendais pour en assurer la progression.
Depuis deux ans le cours de « Stretch Massage Passif » prend forme. À la mi-mars 2006, il a reçu l’approbation du College des Masseurs Thérapeutes de l’Ontario pour le crédit CEU. Le premier cours de sensibilisation a été bien reçu par la Conférence Hands Together 2006 OMTA, à Ottawa. Je parlerai davantage du « Stretch Massage Passif » dans le numéro de l’automne du magazine Massage Thérapie Canada. »

Pour plus d’information sur le Stretch Massage Passif, contactez Piroska Kennedy, RTM, à : piroska.kennedy@hotmail.com ou prioska@fabyourlife.com


a propos des stages et formations

« Avec votre pédagogie tout paraît facile…. Je me suis aperçue que j’avais autant de plaisir à masser qu’à être massée ». (Patricia B.)



Chez la personne âgée, le toucher-massage vient remplacer la mémoire défaillante, des souvenirs reviennent de la mémoire archaïque.
Yannick B. (psychothérapeute)